RSS
RSS

MIL.OA

My life is music !
 







Partagez | 
 

 Where is my drum kit ? (libre)[terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Olve Borg
*
*
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 03/08/2018

MessageSujet: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Jeu 13 Sep - 20:26

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
J'étais le premier arrivé sur les lieux, comme souvent. Ma timidité me forçait à faire ainsi, parce que je préférais qu'on vienne vers moi que d'aller vers les autres. Et puis je voulais que tout soit parfait pour épater Kashee. Dylan devait me rejoindre dans la soirée et j'étais déjà sous pression parce que le groupe avait invité Inge sur la tournée. Elle était la source d'inspiration de notre chanteuse et aussi sa marraine, donc ça foutait une pression supplémentaire. C'était une légende dans le milieu et tout le groupe ne tarissait pas d'éloges et d'anecdotes sur le personnage, comme par exemple la façon qu'elle avait de donner des coups de boules aux mecs qui l'emmerdaient. Je ne voulais pas faire partie du lot. Je n'avais aucune envie de me battre avec personne et encore moins avec elle. Parce que ça ferait mal à Kashee. Alors je voulais que tout soit parfait.

Ça commençait mal. Arrivé sur le site, je m'étais enquis de trouver mon matos pour en faire l'inventaire et préparer mon kit. Seulement voilà, il n'était pas arrivé. Retard d'acheminement, erreur d'aiguillage ou d'entrepôt ? Je courrais depuis une heure à travers MIL.OA  pour trouver mes fûts et tout le reste. Personne n'avait pu me rassurer quant à l'acheminement des six grosses malles qui le contenaient. Le stress montait graduellement tandis que j'allais d'un interlocuteur à l'autre. Si Dylan avait été là, il aurait pu m'aider à temporiser et me proposer une virée pour me vider la tête, mais j'étais encore seul. Comme souvent.

Trop rapide, trop nerveux, trop impatient. Il n'y avait que quand je jouais que cela me servait bien. Ma mère m'avait souvent dit qu'à aller trop vite, je semais les autres et qu'il me faudrait apprendre à ralentir la cadence hors scène. Etre cool ? Je ne savais l'être qu'avec les fans et sur scène. Le reste du temps j'étais une boule de nerfs qui rongeait son frein dans son coin. C'est l'humeur noire que je me dirigeais vers le local logistique, prêt à en découdre avec quelqu'un que je jugerais responsable de la non présence de mon matériel ou du manque d'informations de l'endroit où il se trouvait à présent.

Tandis que je marchais d'un pas rageur en ressassant mes tracas, je heurtai un panneau pourtant assez visible qui affichait le programme à venir de la tournée. Cinematic Dolls en faisait évidemment partie et affichait bien le guest d'Inge mais un bandeau avait été rajouté et clamait fièrement "special guest: Dimitri Korski". Alors là c'était le comble du summum du stress. Ce mec faisait partie du groupe que je redoutais le plus. Non pas qu'ils jouaient dans notre cour. Non c'était clairement, on pouvait le dire à point nommé, un groupe plutôt goth sympho je ne sais quoi. Mais il avait cette particularité d'avoir comme guitariste, le fameux guitariste qui faisait triper Kashee. J'étais sous le choc. Dimitri, je n'avais rien contre lui, venait-il en solo comme guest ou avec sa bande au complet ? Telle était la question. Mais avant même d'attendre une réponse, je me défoulai sur le panneau, pas vraiment conscient de mon ridicule et encore moins du fait que j'étais observé. 
©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Fernier
,
,
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 04/08/2018

MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Lun 17 Sep - 14:48

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
Comme souvent lorsqu’elle n’était pas avec ses enfants, et parfois même avec eux d’ailleurs, Catherine allait donner un coup de main où elle pouvait. Être femme de millien n’était pas de tout repos, mais elle ne comptait pas ses heures. Elle avait épousé Music Is Life Open Air en même temps qu’elle avait épousé Max et elle ne savait pas faire les choses à moitié. Ça n’était pas son genre de rester cantonnée à son rôle d’épouse et de mère, même si ces tâches lui prenaient déjà énormément de temps et d'énergie. De toute façon, elle avait tout largué pour venir vivre ici, son nom à rallonge, sa noblesse et son destin tout tracé, pour écrire une autre histoire, ici. Alors elle mettait ses compétences et son expérience en relation publiques à profit dès qu’elle le pouvait et s’engageait pour l’écologie du site.

Ce jour là, Michel et Isobel restaient avec leur père. Le site n’étant pas encore envahi par les fans, il pouvait profiter d’eux et la jeune femme comptait bien le laisser tranquille et vaquer de son côté. Les semaines à venir promettaient d’être éprouvantes pour lui et il risquait de ne pas pouvoir beaucoup les voir et elle allait devoir redoubler d’efforts pour garder un œil sur ses deux loustics. Elle avait préparé le petit déjeuner avant d’aller s’habiller et ils le partageaient tous les trois lorsqu’elle revint dans leur petit chez eux. Restant dans l’encablure de la porte, elle regarda son mari qui souriait et son cœur se mit à battre la chamade comme lorsqu’ils s’étaient rencontrés pour la première fois. Ce sourire la faisait complètement craquer à chaque fois et lorsqu’il tourna la tête vers elle, elle souriait béatement comme une adolescente devant son prince charmant. Elle se saisit de son regard pour sortir de sa torpeur et les embrassa tendrement tous les trois avant de leur souhaiter une bonne journée et de prendre congé.

Avec les arrivées des premiers artistes et de leur matériel sur le site de MIL.OA à Francfort, il y aurait fort à faire du côté du local logistique. C’est donc là que Kat se dirigea d’un pas décidé, vêtue d’un pantalon ample noir de style tailleur avec une double rangée de boutons dorés sur le devant et une fine ceinture de cuir noir et d’un haut à manches longues en dentelle noire. Ses yeux étaient ourlés de khôl faisant ressortir le bleu de ses prunelles et sa bouche d’un rouge discret et ses cheveux étaient relevés en un chignon dont quelques mèches ondulées s’échappaient. En revanche, côté bijoux, elle était sobre, avec uniquement son alliance et sa bague de fiançailles qui n’avaient rien d’extraordinaire. Elle portait aux pieds une paire de hauts talons aiguille pointus en velours noirs.

Un grand brun aux cheveux long se dirigeant lui aussi probablement vers le préfabriqué d’un pas rapide quand il heurta le panneau d’affichage. Elle s’arrêta, il avait dû se faire mal et elle allait s’avancer pour l’aider quand il se mit à se défouler sur le panneau après avoir jeté un œil au programme. Elle ouvrit de grands yeux et hésita un instant, craignant de se prendre un mauvais coup. Pas qu’elle ait peur pour elle même, mais si son mari l'apprenait, le responsable allait passer un sale quart d’heure aussi grand et musclé soit-il. Elle s’approcha donc prudemment, prête à s’écarter si un poing, un coude ou un bras se dirigeait vers son visage.

__ Quelque chose ne va pas monsieur ?

La brune posa doucement un main sur le bras du batteur en guise de réconfort apaisant et posa son regard bienveillant sur lui avec un doux sourire.

__ Il manque le nom de votre groupe sur le tableau ? Venez avec moi, si vous voulez bien, nous allons arranger ça tout de suite…

Peut-être que n’importe qui d’autre se serait moqué de l’homme, mais Catherine ne trouvait pas ça drôle du tout. Déjà il avait dû se faire mal en rentrant dans le panneau, et il allait se faire encore plus mal à force de se battre avec. De plus, il avait l’air passablement énervé et elle voulait que les artistes comme les fans passent ici à MIL.OA un bon moment. Évidemment les aléas et imprévus d’une tel festival étaient souvent source de stress et les rockeurs étant parfois à fleur de peau, ce genre d’incident n’était pas rare. Son rôle était justement de faire en sorte que ce stress ne soit que passager et que tout le monde y trouve son compte. Celui là allait peut-être lui donner du fil à retordre, mais elle n’était pas du genre à baisser les bras.Elle aimait dire qu’à chaque problème il y avait autant de solution que d’individus et qu’il suffisait de faire preuve d’ouverture d’esprit pour trouver la bonne. C’était là un enseignement tiré de ses enfants qui avaient le chic, comme tous les enfants, de trouver des solutions auxquelles aucun adulte n’aurait pensé et qui étaient un grande source d’inspiration pour elle. 
©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olve Borg
*
*
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 03/08/2018

MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Lun 17 Sep - 20:04

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
J'avais fait quelques dégâts dans le panneau qui oscillait sous mes coups. Dans un sens c'était mieux de me défouler sur ce pauvre bout de carton que sur un être humain , mais d'un autre côté cet accès mettait à mal tous mes efforts de plusieurs années pour contenir cette excès de rage qui me brûlait les tripes. A quoi servent les psychologues, on se demande ?  Peut-être que mon cas est désespéré.

Dans ma violence, j'avais un peu amoché quelques portraits sur papier glacé. Un blond avec une chemise noire à dentelles et aussi un type à barbichette aux yeux gris. Je plissai les yeux et contemplai mon oeuvre. Le premier était dans la tête d'affiche, un groupe symphonique et le second, hola,  aussi un groupe symphonique qui se clamait power. Je n'avais même rien contre ce style parce que je ne sus pas sectaire mais les braves gars qui ne m'avaient rien fait pourraient penser le contraire: leur tête était toute martelée de mes poings et ils ressemblaient à des trolls.

Merde j'y étais allé un peu fort! Je secouai mes poings en prenant conscience que ... ça faisait mal. Malin si j'avais les mains en compote de pomme pour jouer ! Bravo Olve! Je grognais contre moi maintenant et je gueulai

-Espèce de bourrin !

C'est dans le même instant que j'entendis une voix féminine me demander si quelque chose n'allait pas et sentis une main sur mon avant bras couvert de tatouages. Quelque chose qui n'allait pas ?  Ça ne se voyait pas ? Je répondis en me tournant vers la personne qui venait de s'adresser à moi et répondis sombrement.

- Non, tout va bien. Un batteur sans batterie, quoi de plus naturel alors vous voyez je m’entraînais sur ce ... panneau.  


Je fus coupé dans mon élan de mauvaise humeur et je perdis un peu du peu d'assurance qui me restait en découvrant celle qui me parlait. Une très belle femme habillée avec élégance qui me regardait avec calme.

- Désolé pour ce spectacle affligeant ! Ça va mieux, c'est passé.

Je cachais mes poings un peu écorchés derrière mon dos. Je baissais la tête comme un petit garçon pris en faute et je répondis en murmurant dans ma barbe à la gentille question de la belle fille.

- Non on y est bien. Et même plus que prévu. C'est juste que je trouve pas ma batterie. Ca arrive qu'à Olve ce genre de connerie !

Je laissai tomber mon cul plein de chaines cliquetantes sur un parpaing qui se trouvait là et je rejetai ma tignasse en arrière d'un geste désespéré. Mais la jolie fille voulait que je le suive. N'importe quel mec aurait bondi sur la proposition parce qu'elle dégageait vraiment quelque chose de fort. Mais déjà j'avais Kashee dans la tête et ailleurs. Et puis cette belle brune, son assurance tranquille et son calme m'intimidaient. J'étais lamentable. Elle avait une classe qui tranchait foutrement avec mon attitude débile. Et c''était vraiment gentil de sa part de s'inquiéter de mon sort.

- Je veux pas vous ennuyer avec tout ça, mais c'est sympa de vouloir m'aider. Vous n'auriez pas vu trainer si grosses mâles noires avec marqué dessus "tiger killer" ou "Cinematic Dolls" ? C'est mon bébé! C'est "rakatarakkattata bam bam" ... ma batterie.

Mes mains avaient mimé l'intro d'un de nos morceaux malgré moi. Je palpai l'arrière de mon jean pour en sortir un paquet  de clopes tout aplati et je lui tendis en proposant comme un con:

- Vous fumez ?


Peu de chances qu'une femme aussi belle et class fume son teint d'ange avec cette saleté. Moi, j'avais besoin d'en brûler une pour me calmer.  Je me levai pour tirer mon briquet de la petite poche de devant et je demandai un peu inquiet:

- Vous faites partie de quel groupe vous ? J'espère que c'est pas un de vos copains que j'ai abîmé. J'ai rien contre personne vous savez. Juste les démons qui me pourrissent la vie.  
©️️ 2981 12289 0


Dernière édition par Olve Borg le Ven 21 Sep - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Fernier
,
,
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 04/08/2018

MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Mar 18 Sep - 12:10

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
Kat écouta le jeune homme s'énerver puis se calmer, puis déprimer et s'asseoir l’air penaud sur un parpaing. Ça n’avait vraiment pas l‘air d’aller, il parla des démons qui lui pourrissait la vie, il devait parler de son impulsivité. Donc ça n’était pas la première fois à n’en pas douter, qu’il pétait un plomb de la sorte, mais c’était aussi une belle qualité que de ressentir les chose intensément, une qualité parfois difficile à gérer. Si elle avait bien saisi l’histoire, il avait perdu sa batterie, c’est vrai que pour un batteur, s’était ennuyeux, elle comprenait son désarroi, il y avait effectivement de quoi se mettre en rogne. Quand au fait qu’il s'entraînait sur la tableau, elle en doutait, si c’était le cas, il ne l'aurait pas frapper avec ses poings mais avec ses baguettes. Ça devait être de l’humour, ou quelque chose s’en approchant, peut-être un brin cynique, elle sourit néanmoins. Mais son sourire s'effaça lorsqu’il se critiqua durement pour ce qu’il venait de faire. C’est sûr que ça n’était pas malin et que ça donnerait du boulot à la logistique de tout remplacer, mais ça n’était dramatique et ça ne valait pas le coup de se flageller. De toute façon, ce qui était fait était fait. Il tomba assis dans un bruit de métal et s’enquit du sort de son instrument tout en mimant son jeu, ce qui la fit sourire. Les artistes vivaient leur musique, elle n’y comprenait souvent rien, mais elle trouvait ça magnifique à voir, tout comme l'enthousiasme sans fin de ses enfants. C’était la vie qui coulait en eux et si ça n’était pas socialement acceptable, pas normal, c’était pourtant ainsi, avec passion et créativité que la vie valait d’être vécue. C’était pour cette raison qu’elle avait refusé de suivre le chemin qui lui avait été tracé par son nom de naissance et de faire ce que sa famille et tout le monde attendait d’elle. Par amour, par passion par goût de la liberté et du risque, parce qu’elle ne voulait pas être un mouton, même un mouton très chanceux.

Ça avait l’air d’envoyer du lourd, il lui sembla reconnaître le morceau, mais elle ne parvint pas à mettre un nom dessus. Hélas, elle n’avait pas vu six grosses malles noires avec marqué… ce qu’il avait dit. Tiger Killer ? Mmm, ça ne lui disait rien. En revanche, Cinematic Dolls, ça lui parlait même s’il lui fallut quelques instants pour mettre une voix un style et un morceau en relation avec ce nom. Il faisait partie du groupe ? Probablement du coup. MAIS OUI !

__ Mais vous êtes Olve Borg, le batteur de la talentueuse Kashee Reënaat. J’adore You Will Know My Name ! C'est d'une puissance ! Catherine Fernier, enchantée.

La brune aux yeux azurs sourit et lui tendit une main pour serrer la sienne, pour sûr, son nom à elle ne lui dirait rien du tout, mais puisqu’elle connaissait le sien désormais, autant se présenter à son tour. A moins de s’être trompée, mais à présent que toutes les pièces du puzzle étaient emboîtées elle était presque sûr que c’était lui, elle avait vu des photos et des clips et avec tous les indices qu’il avait donné, elle pouvait facilement faire le lien.

__ Non merci.

La jeune femme refusa la cigarette d’un geste. Elle ne fumait pas officiellement, Max n’était pas au courant, ni ses enfants, mais il lui arrivait de s’en griller une de temps en temps. Enfin, là, elle n’en avait pas du tout envie. Elle s’accroupit face à Olve, les coudes posés sur ses genoux et les mains jointes.

__ Vous ne m’ennuyez pas du tout, c’est mon job, on va retrouver votre bébé et ne vous inquiétez pas, si j’avais perdu mes enfants, j’aurais probablement aussi défoncé ce panneau d’affichage. Qu’est-qu’il fout là d’ailleurs, on a pas idée de mettre des panneaux d’affichage devant le local logistique, c’est dingue ! J’en toucherais deux mots au boss.  

Catherine qui avait prit un air faussement outragé pour l’occasion sourit et lui fit un clin d’œil complice. Elle ne put cependant que constater les dégâts sur le panneau d’affichage, il penchait dangereusement et surtout le programme et certaines affiches avec des grosses stars ressemblaient à une carte en relief de la lune. Elle prit le temps de l'observer pour voir s'il paressait suffisamment calmé et occupé à fumer sa cigarette pour qu'elle puisse le laisser.

__ Bougez pas, fumez votre clope, détendez vous, je reviens. Il faudra aussi soigner ça ! ajouta-t-elle en désignant les jointures abimées de ses poings.

La brune entra dans le local logistique pour récupérer un programme et des affiches sans trous ni bosses ainsi que des punaises pour les accrocher et réparer ainsi les dégâts qu’Olve avait causé. au passage, elle demanda à un employé de retrouver la trace les malles étiquetées Cinematic Dolls ou Tiger Killer ou Olve Borg dans l’informatique et de se renseigner pour savoir si elles étaient bien sur le site et surtout, où. Elle ressortit quelques minutes plus tard avec son bazar entassé dans un carton.

__ Je veux bien un coup de main.  

La jeune femme aux yeux céruléens posa son fardeau par terre et commença à enlever les affiches abîmées pour les remplacer, laissant tout le temps à Olve de choisir de l’aider, ou non, quand il serait calmé.
 
©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olve Borg
*
*
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 03/08/2018

MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Ven 21 Sep - 19:10

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
La jolie fille se montra encore patiente pendant que je me lamentais sur mon sort et mon attitude d'attardé. Elle s'agenouilla pour me parler C'était vraiment inattendu de trouver un peu de réconfort de la part d'une personne qui passait là par hasard peut-être. Une fille tellement class et belle aussi. Elle me regardait comme si elle essayait vraiment de comprendre le malaise. Alors que d'autres auraient tracé leur chemin en pensant "pauvre mec sans cervelle, démerdes-toi avec tes nerfs." Comme je l'aurais parié, elle ne fumait pas et refusa la cigarette. Et puis son regard changea et s'anima d'une lueur. Ça alors, j'étais très surpris qu'elle me reconnaisse et surtout qu'elle connaisse mon nom. Je souris quand elle parla de Kashee en éloges.

- Oui, c'est bien ça, je suis Olve Borg. Oui Kashee c'est une déesse. Et si vous entendez sa voix claire un jour vous comprendrez comme elle a du talent bien plus qu'elle le montre. Enfin ça pourra arriver car on a un invité. Et avec ce mec elle chante en clair. Je pense que leur duo sera dans la setlist. Kashee elle a bien plus de couilles que certains frontmen qui jouent les gros durs.

Comme elle se présentait en me tendant la main j'étais obligé de la serrer dans ma poigne musclée de batteur. J'essayais de ne pas trop lui écraser sa main délicate. Et surtout de ne pas mettre du sang sur ses beaux vêtements de modèle. Je m'étais quand même un peu coupé sur les agrafes du panneau.

- Tout le plaisir est pour moi Catherine. Le boss ? Vous travaillez pour Cameron ? Ce type a eu une idée de dingue avec ce festival. Ça doit être génial de travailler pour un patron comme lui. Non ! N'allez pas lui reprocher ça. Il faut bien faire la communication pour les kids. Si j'avais regardé devant moi je ne me serais pas cogné au panneau et si j'étais socialement normal je ne l'aurais pas cogné non plus. Vous savez quelques chose ne tourne pas bien dans ma tête.

Je faisais le signe d'une manivelle vers ma tempe tout en fumant.

- Vous avez des enfants ?

J'étais de plus en plus étonné. Elle était tellement canon et jeune que je ne pouvais pas le deviner mais c'était certainement pour ça qu'elle était tellement patiente et douce. Je me souvenais de la patience de ma mère à moi, alors que mon père m'aurait cogné pour me faire comprendre qu'il ne fallait pas cogner. Souvent elle se mettait entre nous pour calmer les choses. Mon père n'est pas un mauvais homme mais il s'énervait vite avec mes stupides bagarres. Je souris à travers la fumée.

- Ils ont bien de la chance et leur père aussi.


Certainement le type devait être le plus heureux des hommes et aussi quelqu'un de bien apaisant. Je songeais quelle plaie je serais pour une femme moi. Pas étonnant que Kashee ne voit en moi qu'un bon batteur. Moi je n'avais que ma batterie et la scène et aussi le groupe comme famille. Mais je savais que si je les perdais, je reviendrais à mes démons. Aussi ils étaient tout pour moi. Et puis ma batterie, c'était le dernier cadeau de mes parents avant qu'ils m'envoient en exil chez mon oncle aussi j'y tenais vraiment beaucoup. Je l'avais personnalisée au fil des ans et enrichie de plein de toms et cymbales. Le petit clin d’œil indulgent de Catherine me faisait chaud au cœur et je la regardais s'éloigner vers le bâtiment technique où je comptais justement aller me renseigner.

Mais maintenant que j'avais détruit un de leurs panneaux, je risquais d'être mal reçu. Pas malin vraiment le Olve ! Je finis ma clope comme un empoté et quand elle revins chargée d'un gros carton je me relevai en admirant le dynamisme de cette femme.  Mes questions restaient en suspens  et je ne savais pas si elles les avaient entendue ou si seulement elles étaient indiscrètes. Les relations humaines n'étaient pas mon fort. Lorsqu'elle me demanda de l'aider je ne compris pas tout de suite. C'est en la voyant arracher les têtes abîmées sur le panneau que je m'éclairai et je bondis aussi tôt sur mes jambes pour réparer ma bêtise. Debout, je la dépassai d'une bonne tête et demi et je l'aidai à arracher la partie haute sans aucune peine.

C'était drôle de voir cette silhouette fine et gracieuse se démener à côté de ma carcasse mal dégrossie de bourrin. Il y avait des affiches des stars dans le carton et j'en pris un rouleau que je déployai. C'était le blond en chemise élégante je le plaquai au centre mais en voyant qu'il se superposait au corps sensuel de la chanteuse du groupe je partis d'un éclat de rire.

- Bordel, la dégaine! Si je me trompe je sais pas si ce groupe appréciera. Mais ça me plait et ça plairait à Kashee qui se fait souvent charrier parce qu'elle chante comme un mec.



 
©️️ 2981 12289 0


Dernière édition par Olve Borg le Mar 9 Oct - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Fernier
,
,
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 04/08/2018

MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Mar 25 Sep - 13:02

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
A entendre Olve parler de Kashee, Catherine aurait pu parier qu’il avait un faible pour la belle chanteuse. Mais elle ne le connaissait pas, donc elle ne pouvait présager de rien. Après tout, apprécier le talent de la lead de son propre groupe était plutôt logique et sain, l’inverse aurait été étonnant. Effectivement, la brune aux yeux céruléens ne l’avait jamais entendue chanter en voix claire et si cela se produisait, elle serait aux premières loges. Vue l’éloge que faisait le jeune batteur, cela devait valoir le détour ! Une petite cachotière cette Kashee, alors. La jeune femme avait hâte d’entendre ça un duo avec... un invité donc.. bien. Elle regarderait sur le programme plus tard pour voir de qui il s’agissait, elle n’allait pas l’embêter avec ça, il était suffisamment stressé pour ne pas en rajouter une couche. Et une nana avec des couilles. Elle était tentée de dire que la plupart des femmes avaient plus de couilles que la plupart des mecs, surtout ceux qui jouaient les gros durs, mais elle n’en fit rien. Ce n’était pas le propos et cela aurait pu être mal perçu, comme une critique ou une moquerie, après que le grand dur au coeur tendre ait fracassé un panneau.

__ Hé bien j’ai hâte d’entendre ça ! J’avoue ne pas être une grande fan du grunt, mais Kashee le fait si bien que je me laisse séduire et l’ensemble rend vos chansons véritablement fascinant. Pourquoi ne chante-t-elle jamais en clair, cela pourrait réellement apporter un plus à vos compositions ! Enfin ce n’est que mon humble avis de fan.

Kat retira sa main et serra le poing le plus discrètement possible malgré la douleur pour voir si elle n’avait rien de cassé. Les mains du batteur étaient dans un sale état, il fallait soigner tout ça, mais il survivrait encore quelques minutes le temps de remettre le panneau d’affichage en état.

__ En quelque sorte oui. J’aide comme je peux disons. Son idée est formidable et vivre et travailler ici est une expérience d’une richesse incroyable. Mais je plaisantais pour le panneau, en réalité, je ne vais même pas lui en parler, c’est un secret entre nous. Quand à votre maladie mentale, il n’y a que les fous pour se dire sain d’esprit.

La jeune maman sourit. Elle ramait sévère pour l‘humour, il semblait carrément hermétique, probablement pas d’humeur, mais peut-être que sa nouvelle tentative pour créer un lien allait fonctionner, ou pas… Elle lui laissait le temps de méditer et de se calmer pour aller chercher de quoi réparer les dégâts. En revenant, commença à remettre el panneau en ordre et demanda un coup de main. Olve mit quelques secondes à réagir, mais il fut d’une grande aide, pas que Kat soit petite, mais ils allaient plus vite à deux et il était, de toute façon, nettement plus grand, donc c’était plus facile pour lui d’enlever les affiches du haut. Pendant qu’ils travaillaient, elle reprit la conversation.

__ J’ai deux enfants, un garçon et une fille, et je peux vous garantir qu’il me tapent sur les nerfs parfois et que je défoncerai bien un ou deux panneau d'affichage pour me défouler. Mais ce serait un bien mauvais exemple à leur montrer n’est-ce pas. Les enfants ont le chic pour nous pousser dans nos retranchements. Beaucoup pensent qu’ils font ça pour énerver les adultes, mais en réalité, se sont des sociologues et des psychologues hors-pair. S’ils cherchent les limites, c’est juste pour découvrir le cadre de leurs relations et bien sûr, ils vont plus loin avec les gens qu’ils côtoient le plus à savoir leurs parents. Ma patience est donc mise à rude épreuve, mais j’apprends aussi beaucoup sur moi grâce à eux. Alors je ne sais pas trop qui a de la chance, notre chance c’est d’être ensemble je crois, et de nous aimer, même quand on se dispute, de trouver des solutions, même quand on n’est pas d’accord. Mais avant de pardonner aux autres, il faut apprendre à se pardonner soi même, c’est le plus difficile.

La conversation devenait soudain très sérieuse, Kat était consciente que beaucoup de gens ne comprenait rien à ce qu’elle racontait quand elle parlait d'éducation, de ses enfants et de sa philosophie. D’ailleurs, elle même ne comprenait pas toujours tout et parfois, tout partait en vrille, elle y compris, ça n’était pas rose tous les jours, ni avec les enfants ni avec Max. Le bonheur parfait n’existe pas, et c’est peut-être ce qui rend le présent si précieux. Pour elle, l’important n’était pas de tout faire à la perfection, mais d’essayer, et d’apprendre de ses erreurs. Au départ, comme beaucoup de mère, elle voulait que tout soit parfait pour son fils et sa famille, mais il lui avait appris à voir le monde avec des yeux d’enfants et à arrêter de vivre pour la minute ou le jours d’après. De cet enseignement et des autres choses qu’il lui avait apprise, elle avait su tirer le meilleur pour elle et pour ses proches, et pour le festival aussi, mais elle avait encore tant à apprendre, elle savait qu’elle était loin d’être parfaite et de toute façon, cette perfection n’était qu’un idéal qu’il serait vain d’atteindre.
Quoi qu’il en soit, le résultat de la superposition des affiches vint détendre l'atmosphère et la brune aux yeux azurs éclata de rire de bon coeur avec Olve. Après un bon fou rire, elle se ressaisit néanmoins et déclara.

__ Prenez une photo pour la montrer à Kashee. On remettra les affiches correctement après. Hélas, même si c’est très drôle, on ne peut pas laisser ça comme ça.
 
©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olve Borg
*
*
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 03/08/2018

MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Mar 9 Oct - 20:51

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
Sur les conseils de Catherine je sortis mon smartphone  et je pris en photo mon assemblage.en me marrant beaucoup. C'était réussi et j'étais certain que ça plairait à Kashee. Je réfléchissais à la question cette jeune femme qui m'aidait à réparer ma bêtise. Pourquoi  Kashee refusait-elle de chanter en voix claire dans notre groupe? Elle adorait grunter, ça c'était sûr et elle le faisait bien mieux que la plupart des mecs qui n'avaient aucune harmonie dans leurs cris et basaient tout sur la puissance et la bestialité. Chaque fois que j'avais essayé de lui dire qu'elle pourrait faire les deux, elle s'était fermée au dialogue et m'avait balancé que je pouvais aussi jouer de la flûte si ça me faisait plaisir, et qu'elle ne chanterait jamais en voix claire sans en avoir envie. Et pourtant avec Dimitri, elle avait une voix claire sublime. Les autres membres du groupe s'en foutaient, eux. Ce qu'ils voyaient, c'est que Cinematic Dolls cartonnait dans son créneau, alors pourquoi faire chier notre chanteuse avec ça. Sauf que moi, j'étais persuadé qu'elle en mourrait d'envie en vérité mais qu'elle se l'interdisait pour des raisons que j'ignorais. Quand je lui demandais pourquoi elle avait accepté de le faire sur l'album de Dimtri en guest, sa réponse était invariable. C'était pour rendre service à un ami et je devais m'occuper de mon cul.

Après avoir fini de camoufler les impacts de mes coups dans le panneau avec l'aide de Catherine j'observais le résultat, une fois corrigé mon petit délire.

- Bon ça va, ça passe. Ils vont s'en rendre compte quand même mais ça reste lisible et pas trop moche, non ?

Après tout ça, j'avais envie de m'envoyer une bonne Skoll et de me rouler un petit joint. Est-ce que je pouvais le faire devant cette mère de famille dont le mari était sans doute le plus heureux des hommes? Je sortis mon vieil étui à lunettes et l'ouvris. Sous la doublure, j'avais un petit paquet d'herbe de bonne qualité venant d'un coffee shop néerlandais. Je commençai à préparer mon affaire assis sur le même parpaing que j'avais choisi pour poser mon cul de black metalleux. Une fois bien moulé le petit bonheur, je l'allumai et tirai un coup, hésitant à le tendre à ma sauveuse.

- Pourquoi Kashee me rend dingue, pourquoi vos enfants vous font devenir chèvre ? Qu'est-ce qu'on en sait ? On n'y peut rien, pas vrai. On les aime et ça nous rend capable de tout supporter. Vous avez pas envie de vous détendre un peu ? Je peux vous offrir un verre pour vous remercier? Je vous proposerai bien de garder vos enfants mais je suis pas certain d'être le meilleur baby-sitter ? Ils ont quel âge ?  

Plus loin, on entendait de la musique déversée par un des nombreux débits de boissons du festival et je reconnus immédiatement Child in time . Le sourire aux lèvres, je me mis à chanter doucement

Sweet child in time, you'll see the line
Line that's drawn between good and bad
See the blind man shooting at the world
Bullets flying, ooh taking toll
If you've been bad - Oh Lord I bet you have
And you've not been hit oh by flying lead
You'd better close your eyes, aahaouho bow your head
Wait for the ricochet

Ooo-ooo-ooo-ooo..
Ooo-ooo-ooo-ooo..
Aaa-aaa-aaa..
Oh, I wanna hear you sing..
Aaa-aaa-aaa..
Oaoh..
AAA-AAA-AAA!!
AAA-AAA-AAA!!


Je déraillai et m’interrompis en riant :

- Ahh putain je sais pas monter aussi haut ! Kashee le fait tellement bien, elle  ...


Puis j’enchaînai, le joint au  coin de la bouche, sur mes cuisses le jeu de la batterie en secouant la tête. Tout me venait alors si facilement, le beat, le feeling. Je n'avais qu'à fermer les yeux et ça fusait naturellement, mes mains et mes doigts battant sur mes cuisses dures comme l'acier. Même si ça faisait un mal de chien. Je fis un clin d’œil à ma nouvelle amie et lui tendis finalement le joint.

- Tenez-moi ça s'il vous plait, Kat ! Je peux vous appeler Kat? Promis je dirais rien à personne. Allez, un petit peu d'herbe à Shaman, rien de tel pour y voir clair et se sentir en phase avec ce putain d'univers.


Et je me mis à chanter le pont de guitare tout en continuant à battre sur mon corps qui commençait à s'électriser et à chauffer. La musique et son rythme lancinant me portaient et lorsque le dernier refrain arriva, je hurlai sans mal, cette fois, les notes suraiguës. Cette femme était vraiment belle, et impressionnante. Je n'aurais pas dû me lâcher comme ça en temps normal mais c'était doux et bon de rire à côté d'une femme à laquelle je ne pouvais que rêver parce qu'elle en aimait un autre, sans souffrir comme je souffrais de la préférence de Kashee pour ce putain de gratteux. C'était bon de pouvoir trouver une femme belle et désirable sans la désirer vraiment. De juste se sentir mieux à côté d'elle parce qu'on pouvait avoir des échanges naturels sans arrière pensée. C'était juste bon de se sentir pas rejeté. Juste dans une sympathie et une bienveillance amicale. J'avais soudain envie d'en savoir plus sur Catherine, non pour la draguer, mais juste mieux la connaître et comprendre ce qui pouvait avoir amené une femme comme elle, tellement chic et class, à marcher dans la boue détrempée des festivals ou à se faire un chemin à travers les hardeux rotant et pétant que nous étions. L'un et l'autre, à notre façon, nous étions des égarés dans ce monde. Elle avec son élégance, et moi avec ma timidité maladive.

Les premiers effets de la fumette se faisaient pourtant sentir dans mon cerveau et, oubliant ma foutue réserve, j'insistai, surpris de mon audace:

- Alors, je vous l'offre ce verre ? Dites-moi où ? Vous connaissez mieux les bars et les pubs de MIL que moi, non ?



 
©️️ 2981 12289 0[/quote]
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Fernier
,
,
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 04/08/2018

MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Jeu 18 Oct - 15:11

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
Après avoir remplacé les affiches sur le panneau, Catherine observa le résultat avec Olve. Elle reconnaissait que le panneau en lui même ayant pris cher dans sa tronche, l’ensemble était encore un peu bancale, mais ça ferait l’affaire. Peut-être qu’il faudrait acheter un nouveau panneau, Jess Cameron avait les moyens, mais en même temps le côté déstructuré lui plaisait bien, donc elle ne dirait rien de ce qui s’était passé tant que personne ne se plaignait. C’est un avec un sourire et un regard amusé qu’elle répondit au grand bonhomme :

__ C’est plus… Rock n’ Roll !

La brune aux yeux céruléens regarda Olve rouler son joint d’un air dubitatif. Toute drogue étant strictement interdite sur le festival, elle ne savait pas trop quoi faire, elle s’en fichait en soi, mais s’il se faisait chopper par Gunther ou Kella, il passerait un sale quart d’heure et il n’avait probablement pas besoin de ça. Quand à elle, elle ne pouvait décemment pas oublier toutes les règles de MIL.OA. Elle prit tout de même le temps de refuser d’aller boire un verre avec le batteur, ne se sentant pas vraiment à sa place avec une rockstar dans l’un des bars du festival. De plus, elle avait encore fort à faire. Il fallait aussi qu’elle réponde à au moins l’une des trop nombreuses questions qu’il venait de poser, trop nombreuses pour qu’elle s’en souvienne en détail.

__ C’est gentil à vous mais non merci, pour le verre et le baby-sitting. Ils ont 5 et 3 ans.

La jeune maman sourit avec sincérité, mais alors qu’elle réfléchissait à la meilleure marche à suivre, il se mit à chanter. Son sourire s’élargit un peu plus, elle voyait que la musique détendait le jeune homme et que cela lui faisait vraiment du bien, qu’il la vivait intensément. C’était une magie des artiste qu’elle ne se lasserait jamais d’observer depuis sa place privilégiée. Mais le problème du joint n’était pas résolu pour autant. Le batteur dérailla. Kat souriait toujours, un peu niaisement, à la fois ravie de ce petit concert improvisé et un peu gênée. C’est alors qu’Olve lui tendit le joint et lui demanda de le lui tenir. Presque sans paniquer, presque, disons que sa panique était très bien cachée à l'extérieure, elle ne tendit pas la main pour prendre le joint et il tomba par terre.

__ Vous pouvez m’appeler Kat, mais vous ne pourrez pas appeler Gunther le chef de la police Gunt s’il vous tombe dessus avec ça dans les mains. Et moi, c’est mon voisin et un ami, je n’ai pas envie d’avoir des problèmes et se serait déloyal de ma part de cautionner autant que de vous dénoncer.  

Kat souriait toujours, mais les mains jointes devant elle, elle était mal à l’aise. Heureusement, un des gars du service logistique sortit à cet instant. le plus discrètement possible, la jeune femme posa son pied sur le joint pour qu’ils ne se fassent pas griller et fit face à l’intru tandis que Olve qui venait à nouveau de l’inviter à boire un verre terminait de se déchaîner sur la musique.

__ Les caisses sont arrivées en backstage, il y a eut un petit retard dû à une erreur de tri à l’arrivée, mais tout est rentré dans l’ordre.

Le jeune homme fut surpris de voir devant lui Olve dont il était un grand fan et s’approcha, un peu penaud, pour demander un autographe. Kat ne bougea pas pour ne pas enlever son pied de dessus le joint. Il tombe à pic lui ! pensa-t-elle.

__ Bien. Heu… je vous laisse, je dois y aller. Maintenant que vous avez retrouvé votre batterie, je suis sûre que tout ira beaucoup mieux. Fred va vous emmener vérifier si tout y est.  

Le jeune employé de MIL.OA serait ravie de faire ce voyage avec son idole et la brune aux yeux azurs ravie de pouvoir vaquer à ses occupations sans avoir à décliner une nouvelle fois l’invitation du batteur. Cependant, alors qu’elle allait quitter les lieux, elle se souvint qu’elle avait le joint caché sous le pied et stoppa net son premier pas. Elle regarda l’employé et fut soulagée de le voir tout occupé à regarder le membre des Cinématic Dolls avec admiration. Elle bougea son pied, ramassa le joint, s’en saisit et le jeta dans la poubelle à côté du panneau. Elle entra dans le local logistique en soupirant, soulagée après avoir fait disparaître l’objet du délit.
 
©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olve Borg
*
*
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 03/08/2018

MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   Mer 7 Nov - 22:58

Where is my drum kit ? We walk this earth
With fire in our hands
Eye for an eye
We are nemeses
We are with you
On this vicious, oh
Fight, fighting for freedom
United, we stand, we stand (Arch Ennemy →Nemesis (Alissa and Angela) Live )
Héhé j'avais déraillé grave. Et pas seulement en chantant ces notes trop hautes pour moi. Peu de mecs pouvaient rivaliser avec des cordes vocales de fille dans ce registre. Même les plus aguerris des chanteurs.  Et quoi, dans l'exaltation du moment, j'avais cru que ça pourrait passer ?  

Tout comme le joint et l'invitation à aller boire un verre avec une belle femme ? Redescends Olve ! La fragilité des Peter Pan naïfs que nous sommes, nous, certains metalleux à croire que tout un chacun puisse entrer dans nos délires éthérés. C'était dingue non ? Mais chez moi c'était poussé au paroxysme de la naïveté. Je me pris une double, voire triple veste alors que je n'avais même pas à l'esprit de tenter quoi que ce soit avec la belle dame. Déjà,, elle ne m'imaginait pas garder ses enfants, 5 et 3 ans, tu m'étonnes ! Confier deux petites âmes innocentes à un taré tel que moi ? N'importe quelle mère sensée s'y serait refusée. Et Catherine Fernier était sans doute selon moi la plus attentionnée des mères qu'on puisse imaginer. Mon joint finit par terre et s'en suivit un petit laïus gentil mais bien sermonné quand même au sujet d'un certain Gunther  qui était son voisin et ami et dans la police.

Police ... Un voyant rouge s'alluma dans ma tête. La police et moi, on avait un lourd contentieux passé. Je ne voulais pas retourner en HP. Non merci ! Ma violence, je l'avais soignée même si c'était difficile à croire à la vue du pauvre panneau d'affichage. Pour le verre de remerciement, je reçus une fin de non recevoir et ma seconde proposition ne reçut même pas de réponse. Ok, j'étais allé trop loin encore une fois. J'avais amoché ce panneau et une personne extrêmement compréhensive m'avait aidé à réparer les dégâts. Et moi, au lieu de remercier en faisant profil bas, je m'étais lâché en trouvant une alliée à mon délire. Fragilité des grands gosses que nous étions pour l'éternité, nous les musiciens, persuadés qu'on pouvait entraîner qui nous plaisait dans notre univers. Non, il y avait les codes du système. Un mec ayant l'air d'une grosse brute épaisse ne pourra pas gérer vos gosses sans leur faire du mal ou les traumatiser, ou faire preuve de négligence. Un mec qui fume un joint est un hors-la-loi, ça c'était vrai littéralement au sens légal. Un mec qui vous invite à boire un verre ne peut que vouloir vous sauter. Putain de conditionnement !

Je n'en voulais pas à Kat de battre en retraite devant ma débauche de délire. C'était une femme qui voulait protéger ses enfants, protéger la loi et protéger son couple face à la menace que je représentais en apparence et selon la société bien pensante. Je regrettais juste que cette belle rencontre se termine sur un malentendu, du moins de mon point de vue. Je m'en voulais à moi-même tandis que je la regardais s'éloigner après avoir jeté le joint dans la poubelle pour me protéger. Je me promis de la remercier à ma manière quand je trouverai le moyen de le faire. Je lançai tout de même un timide

- Merci Kat, pour tout ! A bientôt, j'espère ! Venez nous voir en concert !

Elle avait mis à profit l'arrivée d'un type de la logistique, un certain Dirk, qui se révélait en plus être un de mes fans. La joie de savoir mon équipement localisé et en sécurité se mêlait à la déception de voir une fin si abrupte pour une belle rencontre. Bien entendu, je n'étais pas le genre de mec à battre froid un fan et d'autant plus que celui-ci était vraiment sympa et se proposait de m'escorter jusqu'à mon bébé. Je tapais sur l'épaule de Kirk et l'enjoignis de me mener jusqu'à ma merveille. Merveille que j'aurais bien voulu montrer à Kat, mais ce serait pour une autre fois. Peut-être en live, qui pouvait savoir ? N'avait-elle pas dit qu'elle viendrait voir Cinematic Dolls en concert ?  

Faisant contre fortune bon cœur je décidai, après avoir vérifié avec Dirk l'état et la complétude de mon équipement dans le local de stockage logistique, de l'inviter à boire un verre en ma compagnie. Après avoir hésité quelques secondes, parce qu'il était au boulot, comme il le disait, ce dernier finit par accepter et c'est autour d'une bonne Skøll bien fraîche que nous commençâmes à échanger sur MIL.OA. C'est ainsi que je découvris que le fameux Kirk n'était pas aussi lisse et dans la normalité dont j'étais exclus que je le pensais. Le mec avait clairement un pet au casque puisqu'il m'avoua au bout de quelques pintes qu'il avait des flashs et des rêves très bizarres et obsédants. Et d'ajouter qu'il n'était pas le seul sur le festival à être victime de ce genre de manifestations.

Espérant détendre l'atmosphère, je ne sortis pas mon attirail à joints, la leçon avec Kat m'avait suffi mais je répondis en riant qu'on avait tous nos fantômes, moi y compris. Mais à regarder les yeux du type si sympa, je compris qu'il flippait vraiment et cela me fila un frisson irrépressible. Pour réconforter le Kirk et parce qu'il m'était vraiment sympathique, je lui promis un pass en coulisse pour rencontrer le groupe. Puis nous passâmes le reste de la soirée à parler musique et aussi de MIL.OA et de ses débuts à aujourd'hui. Et de fil en aiguille nous avons parlé de Kat et de ce qu'il savait d'elle. Peu de choses en apparence, mais le peu qu'il l'avait côtoyée m'en appris un peu plus pour savoir comment la remercier. Quoi qu'il en soit, ça restait une belle rencontre qui se terminait par la récupération de mon matériel. Avec ma naïveté habituelle, je me concentrais sur les aspects positifs de la situation mais un petit regret me taraudait.


 
©️️ 2981 12289 0
[/quote][/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Where is my drum kit ? (libre)[terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where is my drum kit ? (libre)[terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La gaffe du siècle (LIBRE) TERMINÉ
» Le monde des Hommes (Casoair + libre) [Terminé]
» Un informateur plus ou moins discret (Rp libre) - Terminé
» Un crepuscule dans la forêt [libre....très libre] [terminé]
» We don't need a light 'cause we're stars tonight -LIBRE- [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIL.OA :: La scène :: L'Europe :: Music Is Life Open Air :: Régie et Logistique-
Sauter vers: